Alternativa : La Revue de Presse – 53 ème édition

 

Étude : 21% des entrepreneurs ont trouvé leur idée de business en moins d’une semaine  

Pour la huitième fois, Hiscox s’est penché sur ce qui faisait l’ADN de l’entrepreneur et en dresse le portrait : comment devient-on entrepreneur ? Comment financer sa startup ? Qu’est-ce qui fait rêver les entrepreneurs ? Les réponses en une infographie.

Selon l’étude menée par Hiscox, la sphère entrepreneuriale française se porte plutôt bien. Par rapport à 2015, 6% supplémentaires d’entrepreneurs observent une hausse de leur activité. 56% des entrepreneurs sondés envisagent même de développer de nouveaux produits ou service durant l’année à venir.

Lorsqu’il s’agit d’espaces de travail, seuls 8% des interrogés ont choisi de travailler au sein d’une pépinière ou d’un incubateur. 36% des entrepreneurs se sont installés en espace de coworking et 19% travaillent à distance. Quant aux bureaux classiques, ils sont 37% à avoir privilégié cette solution.

Lire la suite : maddyness.com

 

Pourquoi les start-up ont intérêt à s'installer à Paris plutôt qu'à Londres 

Selon une étude réalisée par le cabinet Knight Frank et publiée ce mercredi 5 octobre, le coût de location d'un bureau pour une start-up de quatre associés est bien moins élevé à Paris qu'à Londres ou New York.

Voilà un classement qui risque de ravir Axelle Lemaire, la secrétaire d'État au Numérique qui n'a de cesse de promouvoir les start-up tricolores. Le cabinet Knight Frank a, dans une étude publiée ce mercredi 5 octobre, établi la liste des villes où le coût de l'immobilier est le plus élevé pour les "jeunes pousses", comme on le dit en français. Pour cela, Knight Frank a pris le loyer d'un bureau où quatre postes de travail peuvent être installés et l'a comparé dans 20 villes.

Lire la suite : bfmbusiness.bfmtv.com

 

Le Medef veut aider les PME à prendre le virage digital  

L’organisation patronale présente ce mercredi un nouvel outil pour aider les entreprises à réussir leur transformation numérique.

« Un outil concret, pratique, destiné aux entreprises de toutes tailles, implantées dans toute la France, afin de leur permettre de mieux évaluer leur niveau de mutation vers le digital. » Christian Poyau, président de la commission de transformation numérique du Medef, définit ainsi la plateforme web , présentée ce mercredi. Celle-ci propose aux dirigeants un auto-diagnostic de la maturité digitale de leur société.

Après avoir répondu à un questionnaire, le chef d'entreprise se voit suggérer des conseils pour mieux migrer vers le digital. Il a également accès à des interviews vidéos d'autres entrepreneurs, portant par exemple sur la technologie RFID, le photovoltaïque ou encore les objets connectés.

Lire la suite :  lesechos.fr

 

Les startups de la Blockchain aux élus : "surtout, ne réglementez pas !"  

Si les services actuels de la Blockchain concernent surtout le secteur bancaire et financier, cette technologie disruptive, capable d'établir des transactions totalement sécurisées -donc de créer la confiance- sans passer par les tiers de confiance traditionnels, pourrait trouver des applications dans de nombreux autres domaines, des objets connectés à la médecine, en passant par l'éducation et la citoyenneté. Pour les élus comme pour les entreprises, le défi est désormais d'accélérer pour développer l'écosystème, et de définir un cadre réglementaire sans brider l'innovation. Pas une mince affaire.

Lire la suite :  latribune.fr

 

Plafonnement de l'ISF : un mécanisme "anti-abus" est prévu pour 2017

Le gouvernement envisage d'insérer un dispositif anti-abus dans les règles du plafonnement de l'impôt de solidarité sur la fortune. L'objectif est de lutter contre la pratique de certains contribuables qui reversent leurs revenus à des holdings afin qu’ils ne soient pas pris en compte dans le calcul de l'avantage fiscal.

L'Impôt de solidarité sur la fortune (ISF) est payé par les ménages dont le patrimoine dépasse 1,3 million d'euros. Lorsque l'impôt sur les revenus ajouté à l'ISF dépasse 75 % des revenus perçus l'année précédente, l'excédent constaté vient en diminution de l'ISF dû. Ce mécanisme du plafonnement de l'ISF permet d'assurer le respect des facultés contributives des redevables concernés.

Lire la suite : leparticulier.fr

Leave a comment

Your email address will not be published.


*