Des solutions pour le marché secondaire…et le primaire qui en a besoin aussi

Parmi les obstacles qui se dressent sur la route du marché secondaire et dont Cyril Tramon fait justement l’inventaire, beaucoup sont en réalité déjà contournables…   à la condition toutefois que les plateformes online acceptent d’adopter une architecture plus ouverte.

Aujourd’hui, toutes les plateformes opèrent dans un mode fermé et archaïque : fermé parce que les produits qu’elles placent ne s’adressent qu’à leur seule communauté et archaïque parce que le « boutiquage » de leurs opérations consiste encore en l’établissement de contrats personnalisés, des échanges de bouts de papier, d’encaissement de chèques ou de tenue manuelle de registre de détention (allez…disons sur un excel).  En l’état, en fait de progrès, le back office de ces plateformes s’apparente davantage à la bourse du XIXème que de la FinTech. Ce mode opératoire est non seulement un frein considérable pour le développement éventuel d’un marché secondaire mais plus fondamentalement, il limite fortement la capacité de placement primaire.

La vision d’Alternativa que Cyril a l’amabilité de citer dans cet article, est précisément d’apporter les solutions qui permettront à la finance alternative (le crowd lending obligataire, le crowd equity et d’autres) d’avoir un marché secondaire et surtout de se diffuser plus largement et plus efficacement…de sortir de l’enfance en somme.

Depuis septembre 2016, Alternativa, forts de ses agréments de PSI et SMN (bourse), est en effet en mesure de mettre à la disposition de la finance alternative, les outils existants, robustes et performants de la place financière, dans des formats adaptés à des opérations de taille plus modeste. Il s’agit de la dématérialisation des titres avec leur inscription sur le registre central (Euroclear), leur codification ISIN et la diffusion de l’information titre (Six Financial). Avec des conséquences majeures :

1 - Ces titres deviennent enfin « comestibles » en primaire comme en secondaire pour les teneurs de compte titres des investisseurs et leurs prescripteurs. Il s’agit là d’un point capital quand on comprend que les incitations fiscales consacreront l’utilisation de ces comptes titres de type PEA-PME ou d’autres qui ne manqueront pas d’être créés prochainement ;

2 - Le traitement des souscriptions, des règlements et de la « vie du titre » s’automatise ;

3 - La détention de ces instruments devient sécurisée ;

4 - Et enfin, les bases pour un vrai marché secondaire fluide sont posées. A la question d’assistance aux particuliers pour la valorisation des actifs justement posée par Cyril, répondons que les règles du marché Alternativa prévoient l’intervention régulière d’un expert indépendant pour chacun des instruments cotés.

Olivier Florin - Directeur général & Responsable des Ventes chez Alternativa

Lien vers l'article : Un marché secondaire via les plateformes de crédit online ? Un sujet embryonnaire à enjeux multiples

Leave a comment

Your email address will not be published.


*