Les entreprises, cheville ouvrière d’ExpoFrance

Une cinquantaine de PME et 27 grandes entreprises soutiennent le projet mené par Jean-Christophe Fromantin. A la clef, plus de 20 millions d'euros mobilisés.

Une cinquantaine de PME et 27 grandes entreprises soutiennent le projet mené par Jean-Christophe Fromantin. A la clef, plus de 20 millions d'euros mobilisés.

A en croire Jean-Christophe Fromantin, son promoteur, c'est là « l'une des grandes originalités du projet » : depuis le départ, la candidature française à l'Exposition universelle est largement portée par le privé. Alternativa, Infotrafic, Les Anis de Flavigny, AccorHotels, AG2R La Mondiale, Bouygues, Carrefour, Clarins... de nombreuses entreprises ont apporté leur soutien.

A ce jour, ExpoFrance revendique une cinquantaine de PME et 27 partenaires qui apportent de 20 à 25 millions d'euros dans la corbeille de la mariée. 

les-entreprises-cheville-ouvriere-dexpofrance

Association d'utilité publique

Il assure « ne pas avoir ressenti » de concurrence avec la candidature aux JO de 2024, pour laquelle les entreprises sont également sollicitées. Le comité ExpoFrance a sillonné les villes . « Il ne s'agit pas de recourir à ces jeunes entreprises tout de suite, mais plus tard, pour enrichir le projet de candidature », explique Jean-Christophe Fromantin.

ExpoFrance s'est constitué en association d'utilité publique, ce qui autorise ses entreprises donatrices à bénéficier des avantages fiscaux relatifs au mécénat (réduction fiscale). Un passage au statut de fondation est envisagé, qui serait sans impact sur cet avantage fiscal. La participation au groupement d'intérêt public changera-t-elle les choses ? Pour l'heure, elle n'ouvre pas droit à l'avantage fiscal : ExpoFrance sera donc lié au GIP par un contrat de type maîtrise d'ouvrage qui lui permettra notamment de maintenir cet avantage.

Au-delà des questions juridiques et fiscales, le patron d'ExpoFrance veut croire que la « dynamique et l'esprit entrepreneurial seront préservés » dans cette nouvelle gouvernance, d'autant, dit-il, que les entreprises conserveront leur mot à dire : 4 des 20 sièges du GIP leur seront attribués.

Source :business.lesechos.fr

 
About Jonathan
Digital Marketing Manager chez Alternativa.fr

Leave a comment

Your email address will not be published.


*