Finance, Fintech & Crowdfunding – La Revue de Presse d’Alternativa – 36ème édition


crowdfunding v2

La pression monte sur les plate-formes de crowdfunding immobilier 

La montée en charge du crowdfunding immobilier - avec 18 millions d'euros collectés sur les six derniers mois - mobilise les autorités de régulation. L'Autorité des marchés financiers (AMF) a déjà alerté sur le danger de montages impliquant la détention de parts de SCI (société civile immobilière) ou de SCCV (société civile de construction vente) et dans lesquels les investisseurs peuvent se retrouver engagés au-delà de leur apport. Cette structuration concerne surtout les quelques plates-formes de crowdfunding immobilier à visée patrimoniale, pour l'achat en commun d'un bien.

Lire l'integralité de l'article sur le site de l'Agefi : http://www.agefi.fr/financements-marches/actualites/quotidien/20160408/pression-monte-plates-formes-crowdfunding-178827

 

Sites de crowdfunding et acteurs traditionnels : l'entente gagnante

Les plateformes de financement participatif s'appuient sur la stabilité des grandes banques et assureurs, qui cherchent à élargir leur offre et à améliorer leur image de marque.

Pour évangéliser un marché encore peu mature, nombreuses sont les plateformes de crowdlending et de crowdequity qui se sont appuyées sur des acteurs traditionnels pour établir leur légitimité, rassurer leurs utilisateurs et se développer plus rapidement... Tandis que les banques, assurances ou courtiers partenaires voient dans leur soutien une occasion rêvée de s'afficher en tant qu'acteurs innovants et d'attirer une nouvelle cible.

Lire l'analyse complète de l'étude de Xerfi sur le Journal du Net : http://www.journaldunet.com/economie/finance/1176298-partenariats-plateformes-crowdfunding-acteurs-traditionnels-selon-xerfi/

 

Les levées de fonds de private equity restent dynamiques

Les levées des fonds de private equity demeurent dynamiques malgré un début d'année marqué du sceau de l'incertitude. Au premier trimestre, 151 fonds ont atteint leur closing final pour 71 milliards de dollars (62,4 milliards d'euros), selon les données compilées par le cabinet Preqin, contre 67 milliards il y a un an. 

Malgré l’absence de clôture de fonds asiatiques, le segment des fonds de LBO (leverage buy-out) fait preuve d’un dynamisme particulièrement marqué, avec des levées en hausse de 52% sur un an à 44 milliards de dollars.

Lire la suite de l'article sur le site de l'Agefi : http://www.agefi.fr/financements-marches/actualites/quotidien/20160408/levees-fonds-private-equity-restent-dynamiques-178863

blockchaine

Finance : le blockchain s'essaie au Credit Default Swap

Un "Grand Livre distribué" et partagé entre les grandes banques, sur la base du blockchain, pourrait permettre d'apporter la transparence qui a cruellement manqué avant la crise financière de 2008. Un test vient d'avoir lieu. 

Nimbé jusqu'alors du mystère qui entoure pour beaucoup le Bitcoin, la technologie blockchain sort du bois dans le monde bancaire. Un test récent dans ce secteur promet d'apporter un peu de transparence sur le marché des "Credit Default Swap" (CDS), appelés en français "couverture de défaillance", "dérivés sur "événement de crédit" ou encore "permutations de l'impayé".

Lire la suite de l'article sur le site ZdNet :http://www.zdnet.fr/actualites/finance-le-blockchain-s-essaie-au-credit-default-swap-39835338.htm

 

Comment la blockchain va impacter l'acteur historique de l'industrie de placement/épargne

La plus grande conséquence de la blockchain est de remettre en cause l'entièreté de la chaine de valeur. Même pour les cas ou elle ne serait pas l'outil utilisé.

Prenons les placements financiers: aujourd'hui, du producteur au consommateur, on a potentiellement, dans le désordre, émetteur, place de marché, compensateur, dépositaire, teneur de compte, SGP, TPM, CGP, broker, réseau bancaire ou d'assurances et enfin... client.

Lire la suite de l'analyse d'Amaury d'Aviau de Ternay sur Linkedin : https://www.linkedin.com/pulse/comment-la-blockchain-va-telle-impacter-lacteur-de-amaury?trk=hp-feed-article-title-like

fintech

Les levées des Fintech s'envolent 

Les levées des FinTech atteignent de nouveaux records. En 2015, ces startups, à la fois spécialisées dans la finance et la technologie, ont réussi à mobilier un montant global de financements dépassant les 19 milliards de DH dans le monde pour un total de 1.162 opérations. C’est en partie ce qui ressort de la toute dernière étude sur l’impulsion de ces jeunes sociétés qui bousculent les banques de KPMG. Le cabinet d’audit et de conseil relève ainsi la croissance exponentielle de ces entreprises qui sont la cible des capital-risqueurs. Les levées à travers le capital-risque ont atteint un niveau historique de plus de 13,8 milliards de dollars en 2015. Deux fois plus que l’exercice 2014 où l’encours s’était établi à 6,7 milliards de dollars de capital-risque. Il s’agit de pas moins de 653 opérations réalisées avec des spécialistes du capital-risque au cours de l’année 2015, dont une soixantaine ont été supérieures à 50 millions de dollars qui sont qualifiées de «mégadeals».

Lire la suite de l'article sur le site de l'Economiste : http://www.leconomiste.com/article/996316-les-levees-des-fintech-s-envolent

 

Fintech : l'espagnol BBVA lance un fonds de capital-risque de plus de 150 millions de dollars

La banque espagnole BBVA crée un fonds de capital-risque dédié aux technologies financières. La société dispose de 150 millions de dollars à investir. La banque a annoncé que la somme restante du fonds "BBVA Ventures" qu'elle avait lancé en 2013 avec une envelopppe de 100 millions de dollars sera investie dans "Propel Venture Partners", le nouveau fonds, sans pour autant en révéler le montant exacte, mais qui serait "considérable" d'après des sources proches de la banque. 

Lire l'intégralité de l'article sur le site du Journal du Net : http://www.journaldunet.com/economie/finance/1174825-fintech-l-espagnol-bbva-lance-un-fonds-de-capital-risque-de-plus-de-150-millions-de-dollars/

 

"Fintech" loses some of its attraction for Investors

When Elevate Credit sought an initial public offering of stock in January, its pitch went like this : Elevate uses big technology to approve nonprime borrowers for loans quickly.  The word "technology" was plastered all over its marketing documents, appearing 122 times in its 200-page prospectus. Elevate would operate solely online, the prospectus showed. Its proprietary software and analytics would replace the hordes of people who in the past were required to approve loans for those with credit scores below 700. 

The company was even backed by Sequoia Capital and Technology Crossover Ventures, two of the most prestigious Silicon Valley venture capital firms.

So Elevate, based in Fort Worth, wanted I.P.O. investors to pay up for its stock, with a valuation more in line with that of a technology company — higher than one for a conventional subprime lender. But investors did not bite.

Read the entire article in on the nytimes website : http://www.nytimes.com/2016/04/07/business/dealbook/fintech-loses-some-of-its-attraction-for-investors.html?_r=0

 

 What does the rise of fintech mean for banking ?

European and US banks may be on the brink of an"Uber moment", as the explosion of fintech disrupts the industry and leads to massive job cuts over the next decade, a new report predicts.

Read the entire article on World Economic Forum Website : https://www.weforum.org/agenda/2016/04/what-does-the-rise-of-fintech-mean-for-banking

 

pme-&-startup

#Infographie : Business Angels : 41,2 millions d'euros investis au capital des startups en 2015

France Angels, fédération des business angels, édite tous les 6 mois un baromètre sur l'activité de ses membres. Le constat de sa dernière édition est clair : les investissements reprennent après une année 2014 plutôt difficile.

386 opérations de financement auraient été réalisées par les business angels en France, en 2015. C’est en tout cas ce que déclare l’association France Angels dans sa dernière enquête, réalisée auprès de ses 76 réseaux membres. Un chiffre qui représente un total de 41,2 millions d’euros investis par les réseaux de business angels au capital des startups, soit près de 13% de plus qu’un an plus tôt.

Lire la totalité de l'article sur le site de Maddyness : https://www.maddyness.com/finance/2016/04/04/infographie-business-angels-investissements-2015/

 

Lancement du Digital Tech Fund : "Faire du pays une terre d'accueil pour les start-up"

Afin de financer et d'accompagner le développement de nouvelles sociétés ICT, le fonds d'amorçage en préparation depuis plusieurs mois a été dévoilé mardi. Fruit d'un partenariat public-privé, le Digital Tech Fund est doté de quelques 20 millions d'euros.

La diversification de l’économie passe indéniablement par le secteur ICT. Après avoir assoupli les conditions d’accès des spécialistes étrangers sur le marché luxembourgeois, mis en place des programmes de formation ou de soutien aux futures pépites nationales, une nouvelle étape a été franchie avec la mise en place d’un nouveau fonds d’amorçage, le seed fund, dont les premiers contours avaient été dévoilés en décembre dernier.

Baptisé «Digital Tech Fund», ce fonds est le fruit d’un partenariat public-privé qui vise officiellement à «prendre des participations dans des entreprises innovantes prometteuses créées il y a moins de sept ans et qui développent des produits qui existent déjà, de préférence sous forme de prototype fonctionnel», selon le communiqué officiel. En clair, ce fonds d’amorçage entend apporter son soutien financier à des projets à la fois novateurs et suffisamment avancés pour être prometteurs.

Lire la suite de l'article sur le site de Paperjam : http://paperjam.lu/news/faire-du-pays-une-terre-daccueil-pour-les-start

 BOURSE

Le risque restera au coeur des marchés financiers en 2016

Economique, géopolitique, environnemental, sociétal ou technologique, bienvenue dans un monde à risques.
Le risque a toujours existé sur les marchés, rappelait il y a quelques jours dans « Les Echos » Alain Bokobza, responsable de l'allocation d'actifs à la Société Générale. «  Il change de nature, d'amplitude, mais nous ne vivons pas dans un monde sans risque », expliquait-il alors. Il aurait pu ajouter que le risque est protéiforme et qu'il varie selon les régions du monde. C'est ce qu'il faut retenir de la carte des risques globaux pour 2016 publiée par Bank of America Merrill Lynch, sur la base d'un travail du World Economic Forum. «  Cette carte classe le top 3 des risques ayant le plus de chances de se produire dans chaque région du monde », explique la banque américaine.

L'intégralité de l'article à lire sur le site des Echos : http://www.lesechos.fr/journal20160413/lec1_monde/021835050339-le-risque-restera-au-coeur-des-marches-financiers-en-2016-1213527.php#xtor=EPR-13-%5Bfinances_marches%5D-20160413-%5BProv_%5D-2062143%402

About Jonathan
Digital Marketing Manager chez Alternativa.fr

Leave a comment

Your email address will not be published.


*