Au masculin, les perles sortent du rang – Par Laurence Haloche – lefigaro.fr

Premier importateur de perles de culture en France, le groupe Schmittgall associe à sa marque de joaillerie féminine une collection dédiée aux hommes.

À quoi tient le style? À l'élégance du détail, c'est en cela qu'il est rare. Impossible de pas remarquer la perle d'un gris de tourterelle que porte à la boutonnière Gaëtan Pinot, président-directeur général du groupe Schmittgall. Ce qui n'était au départ que la carte de visite, nacrée sur tranche, du premier fournisseur français de perles de culture pour la joaillerie et la haute joaillerie est devenu un accessoire d'un raffinement dont il ne peut plus se passer: «J'ai eu l'idée de Ma Perle sur les salons professionnels, où nous cherchions à nous distinguer. Très vite, le principe de cette épingle a plu, et on a commencé à me la réclamer.»

Si les dandys et les jeunes mariés connaissent depuis longtemps l'épingle de cravate ou de lavallière ornée d'une perle, les hommes découvrent avec un intérêt plus récent ce type de bijou que la tendance invite à piquer aussi bien sur l'étoffe d'un smoking ou d'un frac que sur le revers (du côté de la poche) d'une veste de costume. On est encore loin du sacre de la nacre quand, à la Renaissance, puis au XVIIe siècle, les joyaux des Indes arrivés sur les marchés d'Europe grâce aux conquistadors paraient de la tête aux pieds François Ier, Henri III, Henri IV, Jacques ou Charles Ier d'Angleterre, mais la magie opère à nouveau.

img-3
Evolution des mentalités, mode des bijoux masculins…

Les perles s'affichent dans les collections de cet automne-hiver griffées Valentino, Ermenegildo Zegna Couture et Missoni. Chez Alain Figaret, la chemise Black Label bouscule les codes du classique grâce à un bouton en perle de Tahiti. Le cou des grands élégants - Karl Lagerfeld, le premier - se perle sans complexe. Aux poignets s'invitent boutons de manchette et bracelets d'inspiration polynésienne ou tibétaine. «Au-delà d'offrir un pendant masculin à notre collection féminine Pacôma Paris, nous souhaitions répondre à cette tendance émergente en concevant une mini collection sans excentricité, facile à porter», précise Gaëtan Pinot, qui s'est associé, il y a deux ans, à Benjamin Lo Chhoa et la Maison Thien Po spécialisée en diamants et pierres de couleur. Perles de Tahiti, perles Akoya du Japon, perles d'eau douce de Chine…

img-2

Schmittgall est la seule entreprise française autorisée à participer à toutes les ventes aux enchères internationales organisées notamment à Hongkong. Y défilent des lots pouvant réunir jusqu'à 10.000 pièces. D'autres ne contenant qu'une perle rare pouvant atteindre jusqu'à 35.000 €. A ce prix-là, mieux vaut en prendre soin. Composées de 5 % d'eau, les perles préféreront toujours l'humidité d'une salle de bains au confinement d'un coffre ou d'une boîte à bijoux. Pas question de laisser se déshydrater ce que les Romains appelaient les «larmes pétrifiées des anges».

www.pacomaparis.com

 

Par

figaro
Source de l'article : lefigaro.fr

Leave a comment

Your email address will not be published.


*